Après deux années de restrictions sanitaires les cérémonies du 8 mai et du 11 novembre ont pu se tenir sans limitation du nombre de participants, ce qui explique une plus grande présence des habitants cette année aux deux commémorations.
Le maire, Thierry Brunet, à chacune des cérémonies, a lu le discours des ministres en charge des anciens combat-tants, celui de Geneviève Darrieussecq le 8 mai et celui de Sébastien Lecornu et Patricia Miralès en novembre.
Les deux textes ont évoqué les horreurs de la guerre, le courage des soldats et des résistants, la nécessaire recons-truction et l’espoir d’un monde en paix après ces années d’affrontement. En 1918 on croyait à « la der des ders », après 1945 à une Europe épargnée par la guerre. Mais, en filigrane de chacun des discours, a été évoqué le fait que « la guerre a eu lieu, la guerre a lieu » et qu’elle est de retour sur notre continent.
Les cérémonies, après une minute de silence, se sont conclues par le dépôt d’une gerbe au Monument aux Morts et par la remise, le 8 mai, de l’insigne des porte-dra-peaux à l’adjudant Jean-Yves Jobert.